Grippe Equine, mise à jour. Communiqués du Respe 11/02, France Galop du 7/02

by AQPS, 11 février 2019

COMMUNIQUE DU RESPE DU 11 février 2019

A LIRE EGALEMENT EN LIGNE ICI avec tous les liens activés

Dans un contexte de circulation internationale de la grippe ces dernières semaines, des mesures exceptionnelles prises en Grande Bretagne pour les courses et d’un  nouveau foyer dans un centre d’entraînement  de trotteurs en Normandie, la cellule de crise* du RESPE s’est réunie le 08 février afin d’effectuer un point sur la situation vis-à-vis de la grippe sur le territoire français.

Bilan de la situation

Depuis l’appel à vigilance renforcée du 18 janvier, aucun nouveau cas de grippe n’avait été recensé en France jusqu’au 08 février où un dixième foyer a été déclaré dans un centre d’entraînement de trotteurs dans l’Orne. Ce foyer étend la circulation de la maladie à la filière course, les filières sport et loisir étant seules concernées jusque-là. Néanmoins, à ce jour, aucun cas n’a été recensé en France chez les galopeurs.

En Europe, la maladie continue de circuler en Belgique, Irlande, Pays Bas, Allemagne et Grande Bretagne où trois cas ont été confirmés dans des centres d’entraînement de Pur-Sang.

Application de mesures sanitaires

Dans le dernier foyer touchant des trotteurs, des mesures strictes ont été mises en place : suivi de température, circuit de soins, arrêt complet des mouvements (dont interdiction de courir).

Pour les courses, les mesures de contrôle habituelles ont été renforcées, en particulier sur les chevaux venant de l’étranger. Des consignes de surveillance ont également été largement diffusées par France Galop et Le Trot rappelant notamment l’intérêt du suivi de température, l’obligation d’isoler tout cheval présentant des signes cliniques (y compris fièvre), de faire procéder à une recherche de virus en cas de doute, la limitation des mouvements… Les ventes qui doivent débuter dans les prochains jours sont également sous surveillance, même si peu de chevaux étrangers sont annoncés.

De manière générale, les mesures sanitaires de précaution concernent toute la filière.

Vaccination

Même si les caractéristiques de la souche circulant actuellement peuvent certainement expliquer que des chevaux correctement vaccinés aient pu montrer des signes cliniques, la vaccination reste une mesure efficace de lutte contre la maladie. Elle permet de limiter les symptômes et surtout l’excrétion du virus, donc la diffusion de la maladie.A ce titre, il est recommandé d’effectuer un rappel si la vaccination grippe date de plus de 6 mois. Cette recommandation s’applique à l’ensemble de la filière, toutes activités confondues (trot, galop, sport, élevage, loisir…).

 

En l’état actuel de la situation, avec une reprise des activités et manifestations équestres, ainsi que de la saison de monte, la cellule de crise appelle à la plus grande vigilance, l’ensemble des détenteurs,
en particulier les entraîneurs, cavaliers, propriétaires de chevaux et éleveurs
engagés dans des épreuves et/ ou amenés à se déplacer ces prochaines semaines,
et incite à renforcer les mesures de précaution.

La cellule insiste également sur l’importance de la déclaration au RESPE de toutes les suspicions pour que la situation en France reste sous contrôle.

 

* La cellule de crise du RESPE
Déclenchée le 07 février, elle regroupe des experts vétérinaires et scientifiques de cette maladie, l’Association Vétérinaire Équine Française, la Fédération Française d’Équitation,France Galop, l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation, LABEO Frank Duncombe, leTrot et le RESPE.

 

Communiqué des services du Docteur Gadot – 7 février 2019

Un foyer de grippe équine vient d’être confirmé dans un établissement d’entrainement en Grande Bretagne et des foyers principalement en sports équestres ont été déclarés dans le nord de la France. Compte tenu du risque d’extension, il est rappelé aux entraineurs (et aux éleveurs NDLR) qu’il convient d’isoler les chevaux présentant des signes respiratoires, d’isoler en quarantaine sous observation tout nouvel arrivant, de faire procéder a des prélèvements pour recherche du virus par écouvillon naso pharyngé sur les chevaux présentant des symptômes (les déclarer au RESPE), de limiter au maximum les mouvements et de ne transporter que les animaux en bonne santé après avoir vérifié que leur température est normale (37,5°), d’être très prudent vis à vis des mouvements des chevaux et des personnes pour éviter une extension de la maladie. Compte tenu de la situation épidémiologique, il est recommandé d’effectuer un rappel si la vaccination date de plus de six mois.

MESURES SANITAIRES

Mesures sanitaires de prévention :
Le RESPE préconise aux propriétaires, détenteurs et organisateurs de manifestations de se rapprocher de leur vétérinaire afin d’apprécier les risques de diffusion de la grippe équine au sein de leurs équidés notamment :
1/ En cas de suspicion et / ou contact possible lors de concours ayant accueilli des animaux en provenance des foyers concernés :
– isoler, autant que faire se peut, les chevaux suspects
– limiter des mouvements de chevaux dans et hors du haras, les arrêter en cas de confirmation
– isoler pour quarantaine les chevaux en provenance des sites infectés ou suspects
– suivre la température de ces animaux pendant 1 semaine (période d’incubation)
– contacter votre vétérinaire pour qu’il examine les chevaux suspects, en particulier ceux présentant de l’hyperthermie, de la toux ou du jetage et procède à des prélèvements (écouvillon naso pharyngé), si nécessaire, pour recherche du virus de la grippe équine

2/ En cas de confirmation :
– désinfecter le matériel ou utiliser du matériel à usage unique ; mettre en place des pédiluves devant les zones infectées ; les désinfectants virucides usuels sont actifs contre le virus
– désinfecter les locaux et effectuer un vide sanitaire avant toute réintroduction d’animal dans un local « infecté ».
– désinfecter les vans et camions de transport
– limiter le contact des chevaux infectés uniquement au personnel responsable des soins
– mettre en place un circuit de soins (débuter les soins par les lots d’animaux sains pour terminer par les chevaux suspects et atteints)
– réaliser les soins entre les différents lots par des personnels différents ou à défaut en suivant le circuit de soins, changer de tenue entre les différents lots si personnel unique.

Ces mesures de prévention doivent continuer d’être appliquées pendant 21 jours après constat du dernier cheval hyperthermique.

3/ Pour les concours et autres manifestations équestres:
– organisateurs et participants doivent prendre les mesures de contrôle nécessaires afin de s’assurer de ne pas engager leur responsabilité dans la diffusion du virus : Code rural article L228-3 (le fait de faire naître ou de contribuer volontairement à répandre une épizootie chez les vertébrés domestiques […] est puni d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 500 000 F. La tentative est punie comme le délit consommé).

La grippe équine
La grippe équine est une maladie contagieuse, transmise par voie respiratoire, très rarement mortelle.
Les principales sources de virus sont : sécrétions respiratoires (toux et jetage) …
Les symptômes classiques sont : hyperthermie, jetage, toux (fiche maladie téléchargeable sur le site www.respe.net rubrique « Base documentaire »).
Certains chevaux peuvent être infectés mais ne présenter que des symptômes très légers voire aucun symptôme ; c’est d’ailleurs le cas des chevaux vaccinés. Ils n’en restent pas moins potentiellement contagieux.
La vaccination contre le virus de la grippe demande une primovaccination comprenant 3 injections : 2 injections à 1 mois d’intervalle, puis une troisième après 6 mois. L’immunité apparaît 15 jours environ après la seconde injection de primo vaccination, et dure entre 6 et 12 mois. Elle ne protège pas à 100% de l’infection, mais permet de réduire l’importance des symptômes et l’excrétion virale.

Articles récents

Inscription newsletter AQPS