Haye Jousselin 2011 – La consécration

by AQPS, 8 novembre 2011

La réussite éclatante des Aqps saluée par l’ensemble de la presse professionnelle.

Capt_pub_HayeJousselin_2011

 

Logo_FranceSire

http://www.france-sire.com/la-haye-jousselin-denigres-a-une-epoque-les-demi-sang-prennent-leur-revanche-a6138.html

La Haye-Jousselin : dénigrés à une époque, les demi-sang prennent leur revanche.

L’arrivée du Prix La Haye-Jousselin (le Grand-Steeple-Chase de Paris version automnale) a donné lieu à un trio de chevaux issus de pères ou de mères autre que de pur-sang. Les éleveurs de cette race de chevaux, regroupés en association, ont fini par convaincre le Ministère de l’Agriculture, les Haras Nationaux et France Galop de l’utilité d’un «Grand Livre des sauteurs », en un mot, un Stud-Book des AQPS.

Ces éleveurs peuvent se faire des gorges chaudes d’avoir réussi à faire «plier» en 2005 les instances de la gestion de l’élevage de chevaux de courses. Les premiers AQPS reconnus en tant que tels sont donc nés en 2006 et ont 3 ans en 2009. Ils apparaissent dans les programmes officiels de France Galop avec pour affixe le sigle «AQ», désormais synonyme de French-Chaser en langue anglaise.

C’est pourquoi le vainqueur du Prix La Haye-Jousselin, Rubi Ball âgé de 6 ans, est encore «traité » de Selle Français et que le seul 5 ans de l’épreuve, Still Loving You, porte l’affixe «AQ».
Depuis 30 ans, au palmarès de la revanche du Grand Steeple-Chase de Paris figurent 10 demi-sang.
Jasmin (1982), Otage du Perche (86), Oteuil (88), The Fellow (90), Tito l’Effronté (91), Ucello II (92), Al Capone II (de 93 à 99), First Gold (2000), El Paso III (2001), Rubi Ball (2010 et 2011).
Ce trio de demi-sang à l’arrivée de l’édition 2011 n’est pas inédit, puisque les années 1993 et 1996 ont aussi donné lieu à la même constatation :
1993 : Al Capone II, Ucello II et The Fellow (Al Capone et The Fellow sont propres frères)
1996 : Al Capone II, Baccarat Collonges et Val d’Alène
2011 : Rubi Ball, Rhialco (anglo-arabe de complément) et Quarouso
Rubi Ball a été élevé dans la Saone-et-Loire par Jean-Louis Berger. C’est un neveu du défunt Useful, le dernier grand étalon demi-sang. Rhialco (Dom Alco) a été élevé en Moselle par Michel Contignon. Quarouso (Lavirco) vient lui du Haras du Brem (Alain et Jean-Luc Couétil) dans la Manche. Avec les AQPS, on fait le tour de France…
Un trio d’AQPS à l’arrivée de la Haye Jousselin 2011 : Rubi Ball devance Rhialco et Quarouso (casaque noire et jaune) (PHOTOS APRH)

La création du stud-book (rédigé par l’Association des AQPS)
À l’origine, l’élevage de chevaux AQPS avait pour seule spécificité le croisement de pur-sang avec des chevaux d’autres races de course, qu’ils soient Selle Français, Anglo-arabes, chevaux de sport et même Trotteurs Français, généralement destinés aux courses d’obstacle. Peu à peu, cependant, au terme d’une sélection plus rigoureuse, des lignées spécifiques se sont illustrées au meilleur niveau en Europe dans cette discipline. Soucieuse de distinguer ces lignées d’excellence, l’Association AQPS a convaincu les institutions responsables de la gestion de l’élevage de chevaux de courses en France, à savoir France Galop, les Haras Nationaux et plus généralement le Ministère de l’Agriculture, de soutenir la création d’un stud-book spécifique, livre généalogique au sein du quel pourrait se développer une race spécialement destinée à l’obstacle.
Ces efforts ont abouti en 2005 à la naissance de la race AQPS, un label qui désigne désormais des chevaux conçus pour réussir dans les meilleures courses d’obstacles avec des courants de sang alternatifs au pur-sang, et non plus l’ensemble des chevaux de courses dits de demi-sang.
Rubi Ball masque Rhialco sur le Rail-Ditch and Fence: l’AQPS en son sport : le gros obstacle !
Rubi Ball garde son titre
L’édition 2011 du Prix La Haye-Jousselin a réuni 14 partants (sans aucune femelle, comme l’an dernier) ; depuis 1978, il n’y avait pas eu autant de candidats. Le record appartient aux années 1974 et 1958 avec 16 partants.
Cette revanche du Grand Steeple n’a donné que 2 vainqueurs en 4 éditions. Rubi Ball a donc gardé son titre comme l’avait fait Remember Rose les deux années précédentes. En 2010, Rubi Ball avait devancé un certain Mid Dancer et Doumaja. Remember Rose, pour sa part, s’était imposé à deux reprises devant deux femelles de Jean-Paul Sénéchal ; en 2009 devant Princesse d’Anjou et en 2008 devant Musica Bella.
La famille Berger s’est imposée à deux reprises lors de ce week-end : Jean-Louis est, rappelons-le, l’éleveur du meilleur steeple-chaser du moment, Rubi Ball (Network) et Alexandrine, sa fille, est l’heureuse propriétaire de Princesse Kap, gagnante hier du Prix Bournosienne (Gr.3).
 
logo_jdg_site
Capt_jdg_Art_HayeJousselin_2011
 

Articles récents

Inscription newsletter AQPS